Logo musee de la machine agricole ancienne

NOUVEAU MUSEE DE LA MACHINE AGRICOLE ET DE LA RURALITE
DE SAINT-LOUP ( NIEVRE - FRANCE)

 

Date de mise à jour : 20/02/2012    

Restauration du moment

Voici un tour d'horizon des opérations de remise en état d'une moissonneuses batteuse Ransomes, d'un tracteur vigneron Semiac et d'une moissonneuse automotrice CCM-Rousseau.

Les photos encadrées peuvent être agrandies en cliquant dessus.
Ransomes 902

Ransomes 902 Après plusieurs années passées dehors, il était grand temps de tirer cette rare Ransomes 902 des épines. Bien qu'ayant perdu sa belle robe bleu, elle n'a pas trop souffert de la corrosion. Le fond de la trémie et le caisson de nettoyage ont tout de même subit quelques dégâts.
Côté mécanique, tout y est,  mais une révision complète s'impose. Celle-ci va commencer par le boîtier de direction qui a un jeu considérable rendant presque impossible la manœuvre des roues directrices.
Ransomes 902
 
Boîtier de direction Le boitier est donc démonté et le constat est bien médiocre: à l'intérieur, l'huile a laissé place à un pâte noirâtre. Les portées des billes des roulements, directement usinées sur la vis globique, sont creusées par la rouille. Le galet tournant est très corrodé et a un jeu excessif sur son axe. Trop abîmé, le boîtier ne pourra pas être réparé.
Il nous faudrait prélever un boîtier sur une autre Ransomes, mais c'est malheureusement le seul exemplaire que nous connaissons. Adapter un autre boîtier pourrait être une solution. Nous recherchons donc dans notre stock de pièces, un boîtier de direction ayant des caractéristiques semblables pouvant nous dépanner.

 
Boîtier M80Par un heureux hasard, nous avons sur une étagère, un boîtier de Clayson M80 de la même marque et quasiment identique à celui de la Ransomes. Il est aussitôt démonté et nettoyé, l'état des différentes pièces est très satisfaisant.
Après avoir réglé les jeux, changé les joints et ajusté le niveau d'huile, le boitier est mis en place sur la moissonneuse.
Boîtier remplacé
 
Moteur FordBien à l'abri sous le batteur, le moteur n'est pas grippé mais il montre des signes de gommage. Pour le réviser, nous devrons le sortir de son emplacement.Moteur Ford
A suivre...
Semiac-Motostandard
   
Semiac Ce tracteur Semiac a été dépossédé de son moteur Peugeot 203. Ces moteurs ont été montés sur un grand nombre de véhicules et il est encore relativement facile d'en trouver de nos jours.

Après avoir passé quelques annonces, nous avons trouvé notre "bonheur". Avant de commencer la mécanique, un bon nettoyage du tracteur s'impose: c'est le chef en personne qui s'y colle !
Lavagel du Semiac
 
Moteur de MF 830 gelé Réparation du moteur gelé Bloc moteur réparé
Le moteur que nous avons trouvé était initialement monté sur une moissonneuse Massey Ferguson 830. Malheureusement le bloc n'a pas été vidangé et le gel est passé par là, laissant un trou béant du côté droit.
Pour réparer le bloc, nous avons découpé une pièce dans un morceau de fonte avant de l'ajuster à la forme du trou. La pièce a ensuite été soudée à l'électrode sur le bloc. Pour finir, nous avons passé un peu de mastique pour parfaire l'étanchéité et l'esthétique.
 
L'allumage, le carburateur et la pompe a eau sont nettoyés et révisés. la vidange de huile est faite.
Le châssis de la moissonneuse faisant un banc d'essai idéal, nous pouvons démarrer et régler le moteur avant de le monter sur le Semiac. Montage de l'embrayage, tout semble prêt pour que le moteur prenne place sur le tracteur.

Prêt, pas tout à fait, puisqu'un problème va vite nous empêcher de mener notre tâche à bien: le carter d'huile vient toucher le châssis avant que l'on puisse aligner l'embrayage et l'arbre de boîte. Impossible donc d'engager le volant moteur dans la cloche.

Vérification faite, il existe deux modèles de carter montés sur ces moteurs, celui que nous avons n'est pas le bon car il est trop haut.
Carter qui touche au châssis
 
Le remise en état du Semiac est stoppée net en attendant de trouver le carter qu'il nous faut...
 
Nouveau carter d'huile Comparaison des deux carters Repose du moteur

Deux mois s'écoulent avant de trouver le bon carter. Sans plus attendre, nous le présentons à côté de l'autre pour vérification.
Avant d'être monté sur le moteur, celui-ci sera entièrement nettoyé et la partie en tôle sera dérouillée et passée en apprêt.
Le moteur
ainsi que le radiateur peuvent maintenant être monté sur le tracteur.

Jantes repeintes
Après sablage et mise en apprêt, les jantes sont recouvertes d'un beau rouge brillant. Pneus neufs à l'avant et d'occasion à l'arrière, les roues sont remontées provisoirement pour permettre le déplacement du tracteur.
 Le démarreur est remplacé par un démarreur "à tirette" comme à l'origine.
Le réservoir d'essence est nettoyé et remonté. Les durites d'eau neuves sont branchées. Les ailes sont sablées et repeintes avant d'être mises en place.
Ainsi équipé, nous pouvons essayer le Sémiac. Essai concluant, la restauration  peut continuer.
Sémiac roulant
 
Sablage du châssis Le Sémiac est en grande partie démonté. Toute les pièces sont lavées et sablées, à l'exception de l'ensemble moteur/pont qui sera brossé à la main.

Le châssis et le train avant sont peints. Les roues avant sont remontées pour faciliter l'accouplement des parties avant et arrière du tracteur.

Train-avant peint
 
Préparation avant peinture Mise en apprêt Groupe moto-propulseur peint
Les éléments à ne pas peindre sont cachés. Le groupe motopropulseur reçoit une couche d'apprêt suivi de deux couches du rouge final quelques jours plus tard.
Réaccouplement du Sémiac Remontage Remontage
Petit à petit, les pièces peintes sont remontées. Tous les éléments mécaniques sont en place, il reste encore l'électricité et la tôlerie à revoir pour mettre fin à cette restauration.
                                                                                      A suivre...
 
CCM-Rousseau D25E
 
 CCM-Rousseau Un peu d'histoire:

   En 1959, les marques Rousseau, Thiébaud et Rémy, se réunissent pour former la Compagnie Continentale de Motoculture (CCM). En avril 1960, John Deere  prend part à ce regroupement, la CCM  devient le Compagnie Française John Deere.
Notre moissonneuse est donc française et a été fabriquée par Rousseau dans son usine de Fleury les Aubrais (45) . Elle arbore les couleurs de John Deere suite au rapprochement de cette marque envers la CCM.
La licence Jeantil fait elle référence au système de nettoyage bien particulier dit "à cages d'écureuil" qui équipe cette machine. Ce système sera par la suite remplacé par un nettoyage plus conventionnel, ce qui donnera naissance à la CCM 245.

CCM-Rousseau
Couleur et emblème John Deere, marquage CCM et Rousseau, plaque constructeur mentionnant une licence Jeantil, voici une moissonneuse batteuse étonnante à plus d'un point.
Revenons à notre moissonneuse, celle-ci n'a pas été épargnée lors de ses nombreuses années de labeur et le programme est chargé pour la remettre en état: moteur gelé, trou béant à l'arrière suite au démontage de la presse, coupe en triste état...
Commençons par l'arrière de la Rousseau. La presse ayant disparu, nous choisissons de la remplacer par une hotte afin d'avoir une meilleure visibilité sur le système de nettoyage qui fait l'originalité de cette machine.
 
Hotte CCM 245 Pour réaliser cette hotte, nous disposons d'un modèle monté sur une CCM 245 déjà présente dans notre collection. Le modèle est démonté, nous relevons des cotes dessus pour en faire une copie la plus proche possible.

 Pour faire les côtés, deux tôles sont découpées et nervurées à l'aide d'un petit montage placé sous une presse hydraulique. Une troisième tôle est cintrée pour faire le dessus de la hotte. Les bords des trois tôles sont arrondis au marteau puis soudés entre eux au chalumeau; la hotte prend forme !
Réalisation d'une hotte arrière
 
Cadre de la hotte Un cadre en cornière de 40mm est formé et ajusté avant d'être soudé autour des tôles.

La hotte est présentée sur la Rousseau pour tracer
et percer les trous nécessaires à sa fixation.
Présentation de la hotte
 
Capot de command hydraulique Le capot des commandes hydrauliques étant manquant, c'est celui de la CCM 245 qui va également nous servir de modèle.
La réalisation de ce capot est semblable à celle de la hotte arrière.
Capot d'hydraulique refait
 
Coupe de la Rousseau Rabatteurs Fond de coupe percé
Passons maintenant au gros morceau de cette restauration: la remise en état de la coupe. Le programme est chargé: bras de levage des rabatteurs tordus, montants en bois remplacés par des tiges d'acier, diviseurs pliés et cassés, fond de coupe percé...
Bras des rabatteurs Les bras de réglage de la hauteur des rabatteurs ont été plusieurs fois tordus, cassés et renforcés. Ils sont irrécupérables et seront remplacés par des nouveaux tubes.

Le démontage des éléments composant les rabatteurs n'est pas une mince affaire. Les tiges d'acier remplaçant les montants en bois ont été directement soudées sur le tube central et sur les tôles de liaison. Il faut jouer de la disqueuse pour séparer tout ça. La plupart des tôles de liaison seront refaites.
Liaisons des rabatteurs
 
Diviseur droit Nouveau diviseur droit Nouveau diviseur gauche
Les diviseurs sont composés de six éléments reliés entre eux par des soudures ou par des vis d'assemblage. Le diviseur droit est complet mais sa base est cassée. Les différentes tôles sont séparées puis dépliées pour en relever la forme. Des nouvelles tôles sont formées et ajustées; la pointe du diviseur d'origine est conservée pour être ressoudée au bout de la base. Le diviseur gauche est un peu plus complexe, il possède une lumière pour laisser le passage au pignon et à la chaine d'entraînement des rabatteurs. La pointe d'origine étant manquante, il est refait en totalité.

Réparation de la coupe Petit à petit, le châssis de la coupe est mis à nu. Un profilé soutenant le fond de coupe du côté droit doit être remplacé. Pièce du châssis de coupe
 
Tôles de la coupe Si les panneaux verticaux placés de part et d'autre de l'entrée du convoyeur sont simples à refaire, la tâche se complique pour réaliser les demi cônes qui viennent se fixer dessus.

Le cintrage de la nouvelle tôle de fond de coupe est fait avec beaucoup de soin pour qu'elle épouse au mieux les
profilés. Elle sera ensuite soudée par en dessous sur le châssis.

Toutes les pièces de tôleries refaites sont remontées. La remise en état de la coupe prend fin en attendant une couche de peinture protectrice.
Coupe réparée
 
Coupe repeinte La coupe, les rabatteurs, la hotte arrière et le coffre à batterie sont mis en peinture.

C'est ensuite l'ensemble de la moissonneuse qui sera repeint.
Hotte et rabatteurs repeints
A suivre...
Retour en haut de page
 

 

Plan du site Retour à l'accueil du site